Fermeture de Trad'ren : Pour plus d'information !!!!

Partagez | .

Juda Nolan - Rouge passion, rouge érotique, rouge sang.

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Juda Nolan - Rouge passion, rouge érotique, rouge sang. Jeu 29 Oct - 6:45

Juda Nolan
Feat: Doom - Sir Wendigo

Identification


Nolan
Juda
Ju'
19
Caucasien
Russe - Anglais
Dakkar
Prostitué
Femme
175 cm
70 kg
Brun
Gris très clair
Poussière de blé


Description Physique

Quel homme. Il n'a jamais été très grand, admiré pour son physique ou encore ses performances sportives. Les regards qui le perforent de part en part, c'est dû son style atypique. De taille moyenne, il mesure un mètre soixante-quinze pour soixante-dix kilogrammes environ. Une silhouette fine et élancée, des épaules carrées et un torse taillé en V. Ses cheveux sont bruns, une coupe side-cut, rasé sur un côté et mi-long de l'autre. Régulièrement, ils tombent en bataille sur son visage et le long de sa nuque. D'ailleurs, son visage. Il est oval aux traits fins et aux joues presque creuses. Un petit nez, de fines lèvres qui s'étirent souvent en un sourire attendri et deux grands yeux gris avec une lueur enfantine. Ensuite, on décèle un coup nu et un torse orné de tatouage à l'encre rouge. Ils viennent de sa plume ou plutôt, de son crayon. Sinon, il est quelque peu musclé, pas un gramme de graisse ne gâche son corps quant au creux de son bas-ventre, il est finement tracé. Pour la suite de son corps, elle est celle d'un homme banal. Quelques particularités sont spécifiques à sa personne; si ce n'est ses tatouages, il a des écarteurs aux oreilles dans lesquels il glisse des objets parfois et deux piercings de chaque côtés de sa bouche. Plutôt introverti, la plupart du temps il est légèrement vouté, les mains au fond des poches et le regard fuyant. Malgré cela, un sourire étire constamment ses lèvres, c'est un optimiste.

Description Psychologique

L'optimisme éternel, l'espoir, la joie, voir le monde comme un paradis constant, c'est la vision de Juda. Le jeune homme est optimiste, joyeux, enfantin, il cherche à faire le bien, prôné la joie et rendre le bonheur à cette société si triste et sombre. Plutôt introverti, il est un peu timide et n'ose pas forcément aborder les autres mais, dès que le premier contact est établi, il peut se montrer très tactile. Du genre franc, honnête, limite vulgaire, il n'a pas la langue dans sa poche. Malheureusement, il est aussi têtu, borné, impulsif ce qui peut lui faire défaut et le mettre dans des situations dangereuses. À son âge, il n'est pas encore mature. Il a un sang-froid surprenant, du courage, de la haine. Il peut être violent mais, c'est toujours justifié; pour défendre, pour survivre, pour colorer le monde. Il y a toujours une raison. Malgré tout, c'est un homme doux, aimant et dont la discussion est agréable. Un brin artiste sur les bords, très intelligent et cultivé. Il a un avis sur tout, la société, le système, c'est un rebelle au fond de lui. D'ailleurs, il déteste le fait d'être "une femme". Il se bat contre cette lettre qui tatoue son corps et pour leurs droits. Du genre taquin et joueur, il adore s'amuser avec les autres que ce soit par la frustration, les brimades, les moqueries ou encore les défis. Encore une fois, il n'est pas mature.

Autres informations

Sa plus grande peur est d'être seul, abandonné dans un monde de noir, de blanc triste et vulgaire. Il ne supporte plus la solitude. Il la craint. Dès qu'il est seul trop longtemps, il devient nerveux, cela engendre des crises de paniques et d'hyperventilation. Il devient bizarre, cryptique, branque, déconcertant. Il parle aux satellites. Dès qu'il est nerveux, il passe une main dans ses cheveux et dès que quelqu'un lui plaît, ses dents pressent sa lèvre inférieure. Le jeune homme a de sales manies comme le besoin de mordre pendant l'acte ou encore de voir son propre sang régulièrement. On ne peut pas dire qu'il a une réelle maladie mentale... il a juste une vision particulière du monde. Par contre, il est atteint d'un type de daltonisme très particulier: l'achromatopsie avec une mutation du pigment de la perception du rouge (il voit uniquement le rouge, le reste est un nuancé de blanc, de gris et de noir). Aussi, son tatouage de "femme" est sur le côté droit de son cou.

Son Histoire

\!/ ATTENTION HISTOIRE À CARACTÈRE EROTIQUE & GORE \!/

Sa mémoire a toujours été intacte et pourtant, son cerveau est bien atteint. Aujourd'hui, il peut citer les épisodes importants de sa vie par coeur; la découverte de sa maladie, sa première fois, la découverte du sang, sa première mort, la découverte de Trad'ren, ses premières larmes. Entre ces évènements, sa vie.

Juda a toujours été un enfant joyeux, câline, doux, gentil, adorable et pourtant, ce n'est pas toujours la joie à la maison et encore moins à l'école. Les moqueries sont régulière, que ce soit à cause de ses yeux à la couleur pâle monstrueuse ou encore le fait qu'il n'arrive pas à déceler les couleurs.

Il a cinq ans. On ne comprend pas, personne ne comprend. Il est incapable de déterminer les couleurs, ses professeurs s'inquiètent, ses parents aussi. La seule couleur qu'il voit est le rouge, la passion, le sang mais aussi l'amour. Après quelques tests médicaux, on détermine son problème; achromatopsie associée à une mutation du pigment de la perception du rouge. Deux types de dyschromatopsie sévères qui touchent de rare cas et malheureusement, il en est victime. Son monde à lui, il est terne, triste et désagréable, il est gris, noir et blanc.

Il a sept ans. Première blessure, il tombe dans la cour et l'hémoglobine s'échappe de sa peau légèrement ouverte. Il a mal mais s'en moque. C'est beau, ce liquide rouge, cette couleur qui sort. Il sourit, un grand sourire. Il touche le liquide, le lèche, le goût acide et métal est désagréable. Son institrutrice vient à son secours, le nettoie, il est triste. La couleur rouge a disparu. Personne ne le comprend. Tout le monde se moque de sa maladie, de son physique, de ses yeux. Il s'enferme sur lui-même et commence à réduire ses contactes avec les enfants de son âge. Un sourire constant mais, seul, il préfère observer les autres, ne pas les déranger.

Il a treize ans. Le petit bout d'homme a grandi. Malgré sa solitude, sa maladie, il est arrivé à se faire des amis qui ne se moquent pas. Quand ils grandissent, les enfants s'assagissent et font taire les différences. Arrivé au collège, il remarque un réel don pour le dessin; crayon, fusain, aquarelle noir, peinture à l'huile sombre. Juda a une fibre artistique et dessine très bien, il est encouragé par ses professeurs et ses parents à continuer dans cette voie là. Il est heureux mais frustré de ne pouvoir utiliser d'autres couleurs que le noir, le gris et le rouge.

Il a quatorze ans. Il est triste, mal, il lui manque quelque chose oui, le rouge. Son monde est morne, monotone à le rendre malade, il a besoin de voir cette couleur régulièrement alors il se scarifit. Avec un couteau, il s'entaille très légèrement la peau et peu régulièrement juste pour voir du sang de temps à autres. Cette couleur qu'il apprécie tant.

Il a dix-sept ans. Il est de ceux qui rasent les murs, qui font pas de vagues, un genre de grenat, un gentil petit collabo' peureux comme il n'y a pas qui fait tout bien comme on lui demande: il se couche tôt, se lève tôt, travaille quand il faut. Le dessin fait toujours parti de ses activités mais il commence à fréquenter des filles, des femmes. Malgré tout, il est beau et attachant, il plaît. Son style atypique se paufine, ne voyant que le rouge, sa mère lui autorise à se faire tatouer à l'encre rouge: quelques dessins sans sens, juste abstrait et artistique.

Il a dix-huit ans, l'enfer commence. Il en a marre, marre d'obeir, de faire ce qu'on lui dit, marre d'avoir une vie normal, sans accro, sans risque, sans drame. Lui, ce qu'il veut c'est colorer le monde, le rendre plus beau et agréable à sa vue si morne et déprimante. Un seul moyen; faire saigner les gens. Tout commence avec sa petite amie du moment. Le lit grince, elle gémit sous les coups de boutoirs, leurs corps sont collés l'un à l'autre dans l'embrasement. Ils sont en plein ébat. Sans vraiment s'en rendre compte, il la mord plus fort qu'à l'habitude, il la mord et tire sa chair jusqu'à voir le sang sortir en abondance. Il lui déchire la gorge. Cette couleur qui tâche le lit, sa peau, les draps. Il n'entend pas la femme crier, il voit juste la beauté du liquide et son plaisir qui grimpe alors qu'il finit son affaire en elle. La pauvre succombe d'une hémoragie externe, égorgée. Peu importe; elle est plus belle comme ça, teintée de rouge. Folie quand tu nous tiens. Il s'en va, la laisse ainsi, morte. La victime suivante est sa mère; la deuxième personne qu'il aime le plus au monde. Un couteau de cuisine en main, il la poignarde. Dans un cri, elle s'écroule au sol, son sang se glissant dans les sillons du carrelage alors qu'elle git. L'hémoglobine tâche ses mains, son corps, ses vêtements, c'est beau. Son père attiré par les cris dévalent les escaliers, s'en suit l'incompréhension. Son fils avec un couteau, sa femme morte, les larmes ne lui viennent même pas. Un combat s'engage, ou plutôt un suicide. L'homme se jette sur son fils qui enfonce le poignard dans la chair. Le cri plus rauque le dérange, il retire son couteau, le laisse tomber au sol en même temps que le corps de l'homme. Son sang s'incruste dans les sillons du carrelage, rejoint celui de sa femme, ensemble jusqu'à la mort comme ils disaient. Juda est heureux. Il repeint le monde, le refaçonne, il est plus beau et plus joyeux. Cependant, il daigne tout de même appeler l'ambulance, il ne veut pas que ses parents meurent. Il veut juste les rendre plus beau.

Ensuite, tout ce passe très vite. L'ambulance arrive, la police aussi, on lui demande des explications et il est clair, net: "Je voulais repeindre mes parents. Ils sont plus jolis comme ça.". Une vision très enfantine qu'il est difficile de comprendre, on ne le croit pas vraiment. Quelques heures plus tard, les parents de sa petite amie découvre son cadavre, un nouveau crime du jeune homme. Aucune hésitation sur sa sentance: un aller direct pour Trad'ren. On décide même de l'envoyer en tant que "femme" et on lui tatoue un F dans le cou. Pourquoi ? D'une part, la police est révoltée, dégoûtée qu'un adolescent puisse tuer ses parents pour ça. Ils veulent les venger, lui mener la vie dure. D'autre part, son côté artiste, enfantin rappelle légèrement un côté féminin. Argument totalement sexiste qui a appuyé la demande de la police.

Il a dix-neuf ans. Quelques jours après son arrivée sur Trand'ren. En tant que "femme", il doit s'occuper des hommes et cette idée le dérange. D'un naturel insoumis et plutôt têtu, il n'est pas enclin à le faire mais, finit par s'y résigner quand on utilise la force. Plutôt intellect, il intègre le cland des Dakkar sous la méfiance de ceux-ci. Par son manque de compétences particulières si ce n'est en dessin, il finit en tant que prostitué n'ayant guère d'autres choix ou d'autres métiers adéquats. Cependant, il se donne le droit de refuser parfois certains clients et même de jouer avec eux, il garde son côté immature et un peu rebelle. Son but à Trad'ren est de survivre mais, aussi de se débarasser de ce rôle de femme.

Dans la vie réelle

Moune 666
19 ans
Code validé parle Trad'ren Master
7j/7
Début du partenariat sur YS.
Une remarque ? J'aime les cookies. Et Satan.

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Rouge Passion....
» [FB] Rouge ténébreux et Rouge ombreux.
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Carton rouge...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trad'ren :: LES DOSSIERS DE TRAD'REN :: Dossiers de Trad'ren :: Dossiers validés :: Les Dakkar-